Le Wine tasting lab, comme si vous y étiez.

Lola, étudiante de première année, nous emmène trinquer avec elle au « Wine Tasting Lab » de cette semaine. Durant cet atelier, les étudiants ont rencontré l’œnologue Gabrielle Vizzavona, venue expliquer comment faire du vin et apprendre à le déguster. 

Produire un vin de bonne qualité est une tâche très complexe qui demande beaucoup de patience, de la rigueur, mais aussi des connaissances et de la pratique ! Lors de cet atelier, nous avons rencontré une œnologue, venue nous expliquer comment faire du vin et apprendre à le goûter.

Comment faire du vin ?

Tout commence par la pousse des vignes, afin d’obtenir du raisin. Il est très important de stresser la vigne, la pousser « au-delà de ses limites ». La température minimale pour obtenir du raisin est de -16°C ! Il faut savoir que les racines des vignes peuvent atteindre jusqu’à 10 mètres de profondeur dans le sol, pour les vignes les plus anciennes.

Il existe des variétés internationales que l’on trouve partout dans le monde, et d’autres variétés dites autochtones, que l’on ne peut rencontrer qu’à certains endroits sur la planète.

Le vin ne se fait pas à partir de n’importe quel raisin. Il existe une famille de vignes spécifique à la création du vin : vitis vinifera. C’est une famille très variée comportant 12 000 membres ! La pulpe du raisin utilisé pour faire du vin est toujours blanche, c’est le contact avec la peau du raisin qui donne au vin rouge sa couleur.

6 étapes clés : l’œnologue explique…

1.    Harvest : la récolte du raisin, qui doit se faire rapidement.

2.    Crush : écraser les raisins.

3.    Alcoholic fermentation : la première fermentation du jus de raisin, la fermentation alcoolique.

4.    Malolactic fermentation : la deuxième fermentation.

5.    Filtration : on filtre pour éliminer les résidus.

6.    Aging : on laisse le vin reposer pendant quelques mois, quelques années, sachant qu’il existe un délai minimum.
 

Une dégustation qui fait appel aux sens

Nous avons dégusté un vin blanc et un vin rouge. Il est impératif d’avoir des conditions stables pour la dégustation qui fait appel aux sens :

-       La vue,avec la couleur du vin : c’est un premier indicateur qui permet de savoir si le vin est limpide ou terne, de connaître son intensité ainsi que sa couleur, de voir s’il est consistant ou non. La couleur indique le cépage et l’âge du vin.

-       L’olfaction, avec le « nez » : étape très importante ! Il y a le premier nez puis le deuxième. Cela permet de connaître la condition du vin, son intensité et les caractéristiques de ses arômes.

-       Le goût, avec le « palais » : on détermine la douceur, l’acidité, les tannins, le corps, les caractéristiques des arômes et la fin de bouche du vin.  Cet étape va confirmer ou non les hypothèses émises au cours des étapes précédentes.

Après cela, on conclut sur la qualité du vin, on sait s’il est réussi ou non. Il y a également une part de subjectivité dans cette phase de dégustation. En classe, chacun ressentait différemment le goût : amertume, acidité…

Notre Wine tasting lab, en vidéo !

 

Merci et bravo à Lola Stapts qui remporte le prix
du meilleur reportage Wine Tasting.
CMH 1B, février 2017.